Fusil à étincelles, France 1807

Reproduction d'une carabine à étincelle fabriquée en métal et en bois avec mécanisme de simulation de chargement et de tir.

Les fusils à étincelles avaient un silex ou une pierre à silex qui, lorsqu'ils étaient déclenchés par le marteau, produisaient l'étincelle qui enflammait la poudre à canon. Ces types d'armes ont nécessité le rechargement manuel de leurs munitions après chaque tir. Les munitions, qui a été insérée à travers la bouche du canon, consistant en une poudre, la coquille taco et du papier, qui sert à maintenir les comprimés prise les deux précédents dans le canon.

Les fusils pourraient être plus précis que les pistolets et ont donné une portée effective plus longue. Cependant, la séquence de chargement et de tir étant complexe, les recrues devaient répéter ces mouvements pendant l'instruction jusqu'à ce qu'elles puissent être instinctivement exécutées au milieu de la tension et de la confusion du combat. En théorie, un soldat bien entraîné pouvait tirer cinq fois par minute, mais au combat, le taux normal était de deux ou trois coups par minute, ou moins, si la confrontation durait.

La trajectoire de la balle était imprécise et pendant le combat il était impossible de bien viser. La seule façon d'assurer une certaine efficacité était de regrouper une forte densité de fusils dans un front réduit, en tirant le plus près possible de la distance la plus basse possible. Même à plusieurs reprises, les combattants après le tir ont été contraints d'utiliser la baïonnette.

Revivre avec la reproduction historique de ce fusil DENIX les meilleures batailles du dix-huitième siècle!

Commentaires

Partager mon opinion
Retour en haut